(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "CARPTIM"

iu h (niv 



CARPTIM 



ParV. SCHKIL 



1. Hymne au dieu Papsukal 

Papsukal-Ilaprat-Nin subur est un dieu essentiellement secondaire, ministre d'Anu et 
Istar. Si peu definie que soit sa personnalit6, elle est plut8t celle d'un dieu inteUectuel. Dans 
un temple que Rim Sin lui constant, it est dit que des oracles y sont rendus, et les 
prescriptions tenues ea honneur. Voici. le fragment ' (initial) d'un hymne, le premier de 
ce genre, qui confirme et precise leg6roment ce caractere de Papsukal. 




1 J'en dois le fac-simile, comme aussi ceux des textes suivants, a l'obligeance de M. Essad Nassotihi, 
ronservaleur du Muses de Stamboul. , ■ 



in 

P 1 






32 



l \(Un) Papsukal su-pu\-u bu-kur \A.nim\ 
mkalliim. git-ma-ltim i-Ht-tum (ilu) En-me-[sar-ra\ ? 
(*7m) Papsukal iu-pu-ti bu-kur [Anim] 
sukallum git-ma-Iiim i-Ht-tum (ilu) En-me-\sar-rd\ ? 

• r > mu-ta-mu-u ki-na-a-ti 8a ki-bit-su ki-[it-tum] 
\(ilu)] ri-mi-nu-u se-mu-\u .te-is]-li-\e-Um] 
\ki\-nii-um mu-um-mu sa i(?)-[du-u] arkat ■St[mfiti] ? 
ik rib (mes)-8u 

i Papsukal, le brillant, le premier-ne d'Anu (?), 

ministre accompli, enfant d'Enmesarra (?), 

Papsukal, le brillant, le premier-ne d'Anu (?) 

ministre accompli, enfant d'Bnmesarra (?), 
'> qui ne profere que des choses vraies, dont la parole est verite, 

dieu misericordieux qui exauce la priere 

le tidele, le savant qui (eonnait) le secret des destins (?) 



II est probable que Papsukal, comme midiatew, fait agroer les prieres adressfies 
aux grands dieux (ligne 6). 

Mumnw (ligne 7) de memes ordre et sens que les mots primordiaux unnnu, ummanu, 
avec le sens de savant, docteur, fait heureusement suite il ce qui est dit ligne 5 et an 
uom meme de En-me-(sar-ra), Pun des parents de Papsukal. 

2. Fragment de liste astronomique 

Je dois communication de ce texte et du suivant a M. Viennot, assistant de Geologie 
appliquee a la Faculte des Sciences, qui les a acquis a Mossoul au cours d'une mission 
geologique. 

Voici d'abord un fragment de vocabulaire astronomique. Les deux premieres colonnes 
de face contenaient des noms d'astres assimiles aux dieux KA-DI et NE-BE-A-NU, dont 
les noms seuls sont encore, conserves. La suite coroprend les assimilations suivantes: 



col. 3, 4 



(mill) 
(mid) 
(mid) 
(mul) 
(mul) 
(mid) 
(mul) 
(mid) 
(mul) 
(nud) 



Nii-mtlS-da 

(idem) 

(idem) 
Ne- dur 

(idem) 

(idem) 
Ra-ab-lm 
E-ie-ram-mi 
Erne ur-kii 



i 

(ilu) 

(ilu) Amar-[nd] 
= (ilu) Lu(?) -[bad] 

(ilu) Nerffal(?) 

(ilu) Nin-dib-\ba\. 

(mul) Nun (?)-m'-(ou sal)-mi (?) 

(mul) (idem) 

io (mul) (idem) 




34 



V. S0HE1L 



(mill) An-ta-sur-ra 
(mid) (idem) 
(mid) (idem) 
\(miil)\ 



(ilu) As u (ilu) Stir (?) 
(ilu) Vd- . . 
LAL snk . . . 
(idem) (ilu) Pa-bil-sag 
(idem) (ilu) Pa-bil-sag 



REV. 

(mei) ma-a-nit 

du nim(?)'-(mes) si-sd (?) . 



(mul) (ilu) gub-ba-(me§) 
lean 
(mul) im sn . . . .■(?) 
(mul) gag-ban 
(mul) 



(ilu) Sin u (ilu) SamaS 
(nml) Ur-hi 

(mul) 

(mul) gag-ni-sd 



3. Contraste fSminin 

De deux femmes qui semblent d'ailleurs etrang&res an cercle de la famille, l'une y 
a une heureuse, l'autre une funeste influence. S'agit-il de deesse, hi6rodule, sorciere . . . 
on plus simplement de la femme en g6n6ral, qui tantSt par une intervention bienfaisante 
aide a, assurer la paix des families, et tantSt par sea intrigues et agissements ne fait qu'y 
jeter le trouble? Dans le premier cas, on l'appellera la stabilisation des villes; dans l'autre, 
la femme sans plus, au-seus odieux, et le plus frequemment applicable, du mot. 

La face de notre tablette porte la r6daction sumirienne, et le revers la r6daction 
shnitique du texte, alors que, d'habitude, les deux versions se suivent interlineairement, 
sur une mime tablette. 

A plus d'un 6gard, ce document merite d'etre classe parmi les plus interessants, 

FACE 
I 

i E has y&l-la gi-gu-i'ih-bi-im 

E sar 4-' u (?)-gdl-la e bi-im 

E gar-gal-la mu-gal-bi-im 

E ag (?)-a-dm li-na-ap-tar-tar-ri 

5 lu-b[a] n\a\-a[m]-m\a] (?)-sar ba-an-da-ap-te-e 

E-ba si-sd-a-bi ba-an-tn-tu 

E sa-pal-e a-sa-ab-bu-e 

al-la-gal ka-al-stg-gi 

dam (?)-lii agrig S-ge-a tn-inu 3-ti-ge. 
io .... al-di-di-U 

\nig-nu-na\-ab-gu-me~en muh-md ni-gdl im-mi-ni-ib-bi 

\u za-e] lit eri-ki ku u-me-en 



Ou lam (?) 



OARPTIM 



35 



n 

l [sil-la gub\ e-sir-ra nigin-nigin 

lit e-ne inim-ma ku lu e-ne e-inim mega ba-e-zu 

\dam-lh tu\mu(?) lit dag-gi-a ti-la \za-r]a nu-nm-im-na-ba-ii-ku 

. ... da Hi sar-sar-de 
5 \ges-tug\ al-gdl i-de al-du-k-ne. 

. . . . ta hm-ta-la ba-dn-da-aji-fe-? 

.... Hi lim-ma-gd-gd 

ba-ta-hl-lal-e 

mu(?) in(?)-gil gi-ni-dh an-ur-ru-ne 
io it (?) za-e sal me-en 



i Bi-it \ii-ka-ri] i-ba-as-su-u ba-ni-tu (?)-*<* 

bi-it .... ru i-ba-as-su-ii ku-tu-sa/ 

bi-it a-ka-\lim\ i-ba-aS-su-ii na-ha-ti-ma-tum ra-bi-tum , 

bi-tam ta-bi-zu ga-ap-sa-at te-se-i-ma at-ti 
5 ji-ici-il-tam Sa-a-ti a-na si-u-ti-ki ta-sa-ba-ti 

\u\ bi-tam ia-a-ti i-Sa-ri-is te-ru-bi-? 

\bi-tam sa-a-ti tu-se-si-ri ta-za-ra-ti-ki-? 

[u si]-e-ri ta-ta-al-la-li 

[as-Sa-tam a]-ba-ra-ka-tam ka-al-la-tiim ma-ra-at bi-tim 
io \niirpa-d\r-M-na tu-tm-ap-pa-ii 

. . . .-A»'(?) mi-im-ma la te-lirki-a e-li-ya-ma i-ma-ak-ki-hi ta-aq-ta-bi-\ 

n at-ti Sa a-li Su-Su-bi 



II 

i Mu-ta-zi-za-at ri-bi-a-iim za-lii-ra-at sii-ga-a-tim 

mu-ta-as-si-ba-at uk-ku-up-pa-at a-wi-li-e bi-it a-wi-li-im nia-la-ak-Sii ta-la-am-ma-di-ma 

\ai]-sa-at a-wi-li inihr.it a-ioi-li Sa i-na ba-ab-tim wa-ai-ba ti-la i-za-al-la-la-ki 

si-it-tam it-ti si-tt-tim tii-us-e-si-e-li 
"• uz-na-ki i-ba-aS-Si-a i-na-ki za-ag-ga 

ki-la-a-ti-si-na tu-us-ta-sa-ab-ba-ti-is 

i-na bi-ri-ti-U-na sa-altam ta-ia-ak-ka-hi 

\a-w\a-tam la iq-bu-4 tu-ha-a-li-i\S\-si 

ta-aq-bi-i ki-in-ni im-ta-na-as-sa-ru-is 
io u at-ti zi-in-ni-ia-a-at 




37 




Bst-il une maison de boisson, — c'est son oeuvre (?), 

Est-il une maison d'ustensiles (?) — c'est son cellier (?), 

Bst-il une maison de pain, — elle est la grande boulangere. 

(Car) tu reonerches la maison a famille dense, — 

Ces gens, tu les prends a ton soin 

et tu entres dans cette maison, comme un signe heureux, 

Gette maison, tu la fais prosperer, tu la purifies, 

Les murs tu en relies (les brcches). 

(Epouse), majordomesse, jeune femme, fille de la maison, 

tu dilates leur cceur! 

Tout bien dont vous ne jouissez pas me pese, dis-tu: 

toi, tu es la stabilisation de la v-ille. 



II 



i Celle qui stationne sur les carrefours et circule dans les rues, 

cello qui sidge dans les clubs d'hommes et s'informe des habitudes de la maison de 1'homme. 

Epouse, fille qui restent an gynecee et tie reposent pas avec toi, 

tu fais cabaler arnie contre amie ! 
5 Car tes oreilles sont dressees, et les yeux sont en 6veil! 

tu laisses demeurer (ces femmes) dans leur cloture, 

mate parmi elles tu produis la discorde ! 

Un propos qu'on n'a pas tenu, tu sais le forger, — 

ot qnand tu as affirme, il faut laisser de dire: prouve! 
io toi, tn es la femme ! 



Notks 

I i Oi-gub, canne a mesurer: banitu « devis, construction » (?) 

a Sum. signe sar + u abondance (de provisions). Peut-etre meprise du scribe, pour 
kam, marmite: le semit. pourrait avoir eu u\m-ma]-ru (V). 

Le signe prec^dant le bi-im- final n'est pas identify. Rendu semitiquement par Jcutu 
« vases, il rappelle ridcogramme VB-SAIj-KAB qui a cette valeur. 

3 Sotez; nahr/timatum pour l'usuel nuhatim . . . 

II a Dug-ge-a = ina bahtim. 6. Meissner, Idgr. 3604 trik-ge, erreur on variante pour 
dag-ge: bi'iitu. 
6 Partie semitique, correction du scribe sur ki-la-a mu-si-tam en ki-la-d-ti-si-na. 



38 



V, SCHEIfj 



39 



4. La trinity urukienne Innin, Istar, Nana'i 

On n'a pas la pr6teution de publiet' ci-aprSs un document extraordinaire, d'espece 
juridique, — encore qii'il soit d'line conservation parfaite, et contienne qnelques d6tails bons 
a remarquer: description du champ par tenants seuls pour les c6tes, — par aboutissants 
et longueurs pour les fronts; la locution 1M-E1-A IM-RI-A u mlati pour l'expressioii 
, kimti niSuti u sai-aii, etc., — mais uu detail vraiment important semble s'y trouver qui 
est d'ordre theologique : la mention rev. I. 15 a titre egal, non plus seulement des deesses 
Innin et Nana'i, mais d'une trinite de deesses nrukiennes : Innin, Istar, Nana'i. II faut ecarter 
en effet quo le deuxieme noni puisse etre une apposition au premier. 



« 









fertttfptor >mg'- >-f 










irzm 



FACE 



1 dup-pi eqJi kir.sub-ba-a a yisimmari 
irsi(tim) (ndr) ffar-ri sa (Uu) Na-na-a 
sa Id-rib Uruk-ki 



■ aiht ina isten ammati SAG-KI AN-TA 

kisad (ndr) flar-<ri sa (Uu) Na-na-a 
5 aslu ina iSten ammati SAG-KI-KI-TA US-SA-DU harrfin sarri 
■ U&-AN-TA iadu US-8A-DV 

(Uu) NabA ahS'iddin apil-su Sa (Uu) Nergal uSallim apal Ndr (Uu) bin 
u (Uu) In-nin zir ilmi apil-su sa Kin-na-a apal Ku-ri-i 
Ui-KI-TA amurrti, TiS-SA-DU . 

io Apta-a apil-su sa Sa (Uu) NabA iu-u apal Sadi-i 



ki-i l ls r> iiqli kaspi sibri Kin-na-a 
apil-su sa Apla-a mdr Sadi-i it-ti Balat-su 
apil-su sa (Uu) Marduk zir ibni mdr ffu-mi-zu-u 
rn.ab.ira im-bi-e-ma i-satn sim-su gamruti 



v> nuphar l h 5 l /a Siqli kaspi sibri a-di l h siqlu kaspi 

Sa a-ki-i pi-i at-ri nad-nu Balat-su 

apil-su sa (Uu) Marduk zir ibni ina qdt Kin-na-a 

apil-su sa Apla-a sim eqli-Su ki-i ka-sap 

ga-mir-ti e-tir na-din ma-hir 
'in a-pil aa-ki ru-gum-ma-a id i-ii 

id i-tur-ru-rna a-na a-ha-mes 

id i-rag-gu-mu 



ma-ti-ma arkat time ina ahS 
mare kimti (IM-RI-A) niiutu (IM-RI-A) 
u sa-la-ti sa bit Ba-lat-su 
Sa elamma ana eli eqli suati 
i-dib-bu-bu u-iad-ba-bu-um-ma eqlu 
Suatu id na-din-ma kas-pi id ma-hir 
i-gab-bu-u ka-sap im-hu-ru 
a-di 12 ta-a-an ■i-ta-nap-'pal 



ina ka-nak duppi suati 



40 



CARPTIM 



41 



10 pan Muldn ztr apil-su sa (ilu) Bel etir apli (a mil) satuju (ilu) Adad 
(ilu) Bel iddin apil-su sa Suma-a-a (amil) GAL-Nl 
{ilu) Na-na-a uxur apil-su sa Ina esdti etir 
(amil) e-bar (ilu) Nin-urta 
(ilu) In-nin sum wttir apil-su sa . . . mt-un-zu-tt 
(amil) dupsar Ki-din (ilu) Marduk apil-su Sa (ilu) Nabil zir iddin 
is (((mil) UE 1 (ilu) Inuin (ilu) iMar u (ilu) Na-na-a Uruk-ki 
arah Adar Am 21 (ham) Satti 14 (kam) 
(ilu) Nabu-kudur-usur iar Babili 
nu-pnr Balat-su Id-ma 
dup-pi-su tu-ud-da-a-ti 

FAUK 

i Aolo an sujet d'uu champ (partie) inculto, (partie) plante on palmiors, 
Canton du Canal de NanaT, 
an milieu d'Uruk 



120 coudfies, front superieiir, 

sur la rive du Canal de Nanai, 
120 coudees, front inferieur, toucliant le Chemin royal ; 
cote superieur, a Test, voisin 

de Nabu ahe iddin fils de Nergal usallim, des gens de Nur Sin, 
et Innin zir ibnl fils de Kinniv, des gens de Kurt, 
c8te inferieur, ouest, voisin 
de Apla'i fils de Sa Nabu Sii, des gens de Sadi. 



l Oncques, a I'avenir, parmi les freres 

ou fils de la farnillo, soit .... 

soit .... quiconque de la maison de Balatsu 

se leverait, et au sujet de ce champ 
5 plaiderait ou ferait plaider : « ce champ 

n'a pas ete vendu, l'argent n'a pas 616 recti* 

dirait, — l'argent re9U 

il le pay era 12 fois. 



an scelle de cette tablette, 



Comme 25 sides d'argent morcele (?), Kinnij 
fils de Apla'i, des gens de Sadi, avec Balatfii 
fils de Marduk zir ibnl, des gens de Hunzu, 
la valeur d' achat a d6fini en fixant son prix total. 



15 Total, 25 sides et 1 h d'argent morcele (?) y compris le '/» side d'argent 

qui en supplement est donn6. Balatsu 

fils de Marduk zir ibni de la main do Kinna 

fils d'Apla'i — le prix de son champ, comme argent 

total, a recu. Vendu, achete, 
au solde, acquitte, sans reclamation. 

On ne reviendra pas la-dessus, ni mutuellement 

on.ne se contestera rien. 

Cf. Harper, Lett. 30. 10. 



10 presence de Mukin zir, fils de Bel etir apli, pretre d'Adad.; 
Bel iddin, fils do Suna'i, jardinier; 
Nanai usur, fils de Ina esati etir, 
pretre de Nin urta; 
Innin sum usur fils de . . . . 
scr ib e ; _ Kidin Marduk fils de Nabu zir iddin, 
15 le servant des deesses Innin, Istar et Nanai. Fait a Uruk, 
au mois d'Adar, 24« jour, 14" annee 
de Nabuchodonosor, rpi de Babylone, 
Ongle 1 de Balatsu, 
en notification de la conformite de sa tablette 2 . 

5. Un prince susien nouveau 

Bmpreinte de cachet sur tablette de comptabilite. Le trone du dieu pose sur un lion. 
La legende peut se lire: 



Te-te(?)-ip ma-da 

sib erim Susim 

dumu Nin (= sal-ku) Si-il-ha-ha 

Tetep mada, pasteur des gens de Suse, fils de Nin Silhaha. 



Le nom principal serait une forme redouble de Tep-(mada). La lecture reste incertaine, 
et ce n'est que sous un certain angle que le deuxieme signe apparait comme U. 

' L'empreinte est manifestement obtenue par un moyen mecanique et ne fait que simuler l'appli- 
cation de l'ongle. 

2 L'original appai-tient a M. L'Hoste qui a eu l'obligeance de me le commumquer. 




42 



V. SCHEIL ■ 



CARPTIM 



43 



6. Formule magique aveo allusion historique 

Petite tablette de memes style et opoque que celle de la Conjuration du mus-gal 
(supi: XXIII, p. 42)'. 

Deux parties: 1" allusion a une gueiison d'uu fils de Gudea qui avait eu fecours cm cceur 
de I'apzu c'est-a-dire a Marduk, qui est le dieu du cceur de Vapzu (cf. Brunn. 1697 et 7996). 

2" Assimilation au cas d'un malade quelconque, client de Ea (pore de Marduk), et 
de Q-egtin anna, un des dieux familiers des princes de Lagasi 

i Ud-da db-yitn KU-ba 
• (an) sanga (?) U (?) an-ta-sur-ra 
FJt (an) Sukal.dumu Gu-de-a 
nam-ti-la-im sa zu-ab-su 

mu-un-M' ' 

5 na-an-ki'-ne-en 

igi (an) Utu-ham na-un-ni-du 
nam-mu nr(u) 2 -ra-dm 
an-na-an^nu dumu an-na-an-m-ge 
Lit dingir-ra-ni (an) En-ki-ge 
lit h ama (an) Ninni-ka-ni s 

(an) GeStin-an-im 
sd,-bi na-an-ni-K [f-bi 
TA en S-nu-sub 



Inim-ma ia gig-ga-kam 

i Alors que, comme un buffle, reposait 

le divin sanga-U (?) d'Antasurra, 

Lu Sukal, fils de Gudea, 

pendant sa vie, vers le sein de I'apsu partit. 
& N'est-il pas parti; 

et n'a-t-il.pas revu le soleil? 

Ce.fut un fait memorable (?) dans la cite. 

Un tel, fils d'un tel, — 

homme de son dieu Ilia 
io et de sa deesse Gestin anna — 

son coeur ne reposera-t-il pas ? 

Incantation de Ve-tm-sub. 






<i» 



7. Vers l'ecriture nucleilorme 

Sur un fragment de vase susien en tone ouitd, je releve quelques ligneo d'inscription 

dont le ecWfLLnt n'est pa, en cause aujourd'hui, mais ou se tronve un exemp e cuneux 

u'aherattn graphique. De Cuneiforms, les 6lements des signes deviennent -f« , * 

If pet di e ainsi. On s'en rendre compte avec la transcription que j'en donne cr-apres: 



. u ]l (?) [met) ii . . . 

. (n]ap) &usinak (: Ninni-lam) ba-hi-H 

. d]u-nu-ba (wp) SuSinak. . ■ ■ 

, s]u-gir ha-mi-ti na-\ap-pi-pe-nd\ . . . 

, hurtid-da-ak-ku a-a[k ... 

. ir ha ir da(?).ir-qa-d[a ... 

. at-ni l dwp-pi (mes) ... 

. ha-mi-ii-ri ... 

. m (i)-nu su-gir e . . . 

. (nap)] Suiinak hu-ud-d[a-ak .... 



8. Tablettes anciennes 
A. ConvtabiUU. Depense faite a 1'Gpoque d'Agade ot attention de six « cuir tresse* 

(Uu) MI-AB), du chef devin du palais, des gens de Lugal kuzu et de-Sana . 



Formule du « Cceur malade > 



' J'ignorc le sort de l'original qni ra'a 6t& sourais, il y a une quinzaine d'annees. 

* uru, eri. 

" Cf. Bruim. 3052. 






1 Signe de separation. 

' Cette tablette appartient a M. Emmanuel Demuth. 



44 



45 



I). Leltre royule agadeenne. 
Um-ma sar-ru-um-nM Lo roi (mande cooi) : 



a-na Ur (an) Xe-guu-im 

'ki-be-ma 

1 ie guv 

a-na (ami!) mahhi-im 

m (an) Inninni 

sa Gir-su-ki 

i-ti-in 



A Ur-Negun 

dis: 

1 gar d'orge 

au pretre 

d'Inninni 

de Girsu 

donne ! 



Wfflffifcf 




C. Butin de guerre jmid a Sara. Tablette provenant de Drehem. La campagne de Jkir 
Sin au pays de Sasru et Surudhum(ki) est consignee en divers endroits, Genoaill, Trouv. 2; 
AO 5500, 5545; Bee. de Trav. XXXVII Nouv. Notes XXX (fin). Ee deuxieme nom a les 
variantes (Saridhum(M), Swudbu(ki). Dans la presente tablette, l'un des signes y est douteux: 
Saretu/tumma(ki) ou Sarephumma(M) (cette derniere lecture impliqiierait tin pluriel anzanite 
de Sarc(t)!) Lo butin ramono etait de toutes sortes, Oe sont chevres et chevrettes, d'apros 
AO 5545. Pour les dieux on reservait la meilleure part, le butin humain. 

60 4- 50 + 3 geme sag uma 

31 dumu-sal rfs 

13 dumu-nita 

to dumu-sal 

su-nigin .172 sag kar. 

nam-ra-ag a-ru-a (an) Sara 

(al) Sd-re-tu-hu-um-ma-(ki) 

Ur (an) Ne-gun pa-te-si Umma(ki) ni-ku 

itu Es-sa l mu en (an) Nannar ba-hun 

1 Ei-Sa var. pour su-eS-Sa, Su-Sa-eS. 




113 femmes feco'ndes, 

31 filles formfies, 

13 garcons, 

15 fillettes, 
on tout, 172 tetes captur6es. 



Butin voue an dien Sara, — 

de la ville de Saretuhumma(ki). 

Ur Negun patesi d' Urania, les a en charge, 

Mois d'Es-sa, ann6e ou le pretre de Nannar fut iustalle. 



9. Les tablettes plan-convexes de Bur-Sin 

La tablette AO 3143 du Louvre, dont nous avons publi6 le contonu an Rec. de 
Trav. XXII, 3 q, et que, dans son aspect original, Thureau-Dangin a dessinee supr. p. 32 — 
n'est eertes pas d'authenticit6 douteuse, mais elle a, croyons-nous, une descendance illegitime, 
par le fait des faussaires. 

Un premier exemplaire de cette sorte m'appartient depuis une treutaine d'annees : 
schiste psammitique brun, O.053 x 0.04, opaisseur med. 0.005. 





46 



V. SOHEIL 



Une meprise avait fait graver, fin de la 1. 5, le signe an qui est le commencement 
<le la 1. 6. D'oii. grattage de ce signe. 

Travaillant sur un modele oil le coin inferieur de droite est ebreehe, on n'a point 
fait etat des lacunes que cela comportait: on a mene les signes restants jusqu'au bout 
des lignes 

14. kar-zi-da kar-zi-da-a 



15. gi-par nu-\ 



pour 



gi-par nu-ni- ? 



Le partage des cases face et revers, est d'ailleurs conforme it l'exemplaire modele. 

Mais on a d6double par erreur la ligne 12, parce que tab-tab-ba-ge etait en.retrait 
sous lugal an tib-da. 

On a aussi omis par erreur a la ligne ant6penultieme in-tu parce que ces deux signes 
6taient en retrarr sous mtt-itn-na-ni. 

Notre copie a cet avantage que les fins des lignes 4 a 7 et de la ligne penultieme 
sont correctement reniplies. 

' 4. (an) Bur (an) En-zu 

5. EnrlU-ki-a 

6. (an) En-Hl-U 

7. mn-pad-da 

penult, (an) Bur (an) En-sti-ge 

La legere diminution de la tablette du Louvre, a cet endroit, serait done posterieure 
a 1'utilisatjon frauduleuse du document. 

Inutile de relever ici les erreurs de detail dans la confection des signes. Eiles foisonnent. 
Aucun scribe contemporain, meme novice, n'aurait pu inventer par exemple les signes Sis 
de la ligne 11, — ni de la ligne 3, — ta de la ligne 15 (reap. 14) etc., ni disloquer tin, 
kar, mm, etc. U v a du parti pris dans la rfepetition de formes vicieuses. 

On trouvera que l'effort dans 1'imitation a 6te pouss6 loin, puisqu'elle s'etend jusqu'a 
la matiere et a la forme du substratum. — Ceci etait plus facile, en verite, que reproduire 
le tour et le trait originaux de l'ecriture '. 

Pour mieux faire illusion on a simule d'ailleurs la fracture de la tablette. A cette 
fin, dans la partie an6pigraphe (rev. en bas), on a pratiqu6 d'abord une section profonde 
qui snperficiellemeut s'etendait par le milieu jusqu'au liaut. En pesant sur cbaque cote du 
revers, on rompait la tablette au milieu, sans trop endommager l'inscription. 



De meme main, un autre « faux » de ce document est, pour nous, le n° 114684 
du Musee Britannique (Cuneif. texts, XXXVI. 2) que le pseudogrammate facetieux a enrichi 
(le fait n'est pas inou't) d'une suscription cueillie sur les cylindres-caehets : (an) Somas (an) 

1 II est possible (le cas ne serait pas nouveau) qu'on ait trouvS avec l'exemplaire autlientique, 
des tablettes pr6pare>s pour Tusage et resle>s anepigraphes. Bonne aubaine pour Schapira. 



CABPTIM 



47 



Aia. On y retrouve les. incorrections de l'exemplaire que nous publions ci-dessus: tuauvaise 
coupe des lignes 12, 13, mutilation dans la 1. atit6penultieme ; recul, jusqu'a la barre, des 
signes dans les lignes incompletes 15. 16. 17 (?) etc., etc. (La nieprise du faux signe 
terminal an 1. 5 n'a pas ete renouvelee.) 



10. Suse et l'empire nfio-babylonien 

Les souvenirs de la domination babylunienne a Suse, aux temps du Nouvel Empire, 
sont rares, — mais ceux qu'on a exhumes r6cemment confirment au mieux que cette 
capitale 6tait soumise a ses rivaux hereditaires. 

Un fragment de barillet avec inscription de Nabuchodonosor (Mint. II, 124), une pierre 
basaltique au chiffre du meme roi (M6m. IV, pi. 18, 41), auraient pu a la rigueur etre 
transported a l'etranger par on ne sait quel hasard, ainsi que le fragment du prisme SS 
d'Assaraddon, sans qu'on doive en inf6rer rien sur l'etat politique du pays oil nous les 
avons trouves. 

De meme, diverses mesures de capacite aux noms de Nabuchodonosor (Mint. VI, 56), 
Nergal sar usur (fragment inedit), Amil Marduk (Mem. V, p. XXIII) pouvaient franchir 
la frontiere, la oil le systeme des poids et mesures etait le meme qu'en Babylonie. 

II en est autiement de briques de construction dans un pays ou de tout temps 

on en moulait a la perfection. La presence de briques a Suse, portant l'estampille de 

Nabuchodonosor, se justifie. si co roi etait maitre du pays. Or, les trois legendes courantes 

. a Babylone, des estampilles de briques de Nabuchodonosor, se sont retrouvees a Suse. 



i (Langd. 39) ' 

[(ilu) NabA ku-du-w-ri u$ur\ gar Bdb-ili (hi) 

[sa-ni-in E\-sag-ila it E-z\irdd\ 

[aplu a\-$a-ri-du 

[Sa (ilu) NabA a\pal umr Sar B[db-ili(ki)\ 



2 (Langd. 40) 

(ilu) NabA kudurri mur Si.tr Bdb-Udni* (fa) za-ni-in 

E-sag-ila m 3 E-zi-da aplu a&uridu 

Sa (ilu) NabA apal usur Sar Bdb4li (ki) 



' Neubabyl. KSnigsinschr., p. 202. 

' Signe du duel ou deux clous verticaux, pour rendre ildni. 

3 Yar. Langd. A. 



48 



V. SCHKIL 



3 (Langd. 41) 

(ilu) Nabil ku-dtlr-ri [ttsur] 

sar Ba-bi-[i-lu (ki)] 

za-ni-nu l E-[sag-ila] 

A E-[zi-da\ 

[aplu a-$a-ri-dit\ 

\ht (ilu) Nabti apal usur] 

\sar Ba-bi-i-lu (hi)] 

PS. Une quatritme legende de briques de ce rSgne a 6t6 negligee par Langdon. Kilo 
est due aux fouilles de Sippar, et se trouve au Mus6e do Constantinople. 

(ilu) Nabu kudurri usur 

sar Bdb-ili (M) 

aplu asaridu sa (ilu) NaWi apal usur 

sar E (ki) (= Babili) a-na-ku 

(Saison de fouilles, p. 73) 



1 Var. Langd. zanin. 



BIBLIOGRAPHIE 



Die Ostkanaanaer von Theo Bauer — VIII, 94 pages in-4° — Leipzig 1926. 

Voici une tres- bonne 6tude d'ensemble sur la population semitique, mais non acca- 
dienne, a laquelle appartenaient les foudateurs de la premifire dynastie babylonienne. Le 
travail de 11. Theo Bauer se divise en, deux parties, une partie philologique et une partie 
Iiistorique. Dans la premiere partie signalons la liste des notns propres et le glossaire qui 
rendrout les pins grands services. Aux noms que M. B. a groupes joindre peut-etre eelui 
du roi Su-mu-na-sa-a qui est conuu par nn texte di'vinatoire (TU, n° 1, 31. amit-ut Su- 
,mu-na-sa-a sarri). Au sujet de la transcription, notons que le signe Br. n° 6739 est a 
lire, au temps de la premiere dyuastie, ds ou as et non us (lire par consequent iasmah et 
;non iasmah, iafljt-ur et non iaskur, etc.). La partie historique est peut-etre celle qui prete 
le plus a la critique. Sans doute M. B. a-t-il raison d'ec'arter le terme d'« Amurrites» par 
lequel certains ont dosigne ceux qu'il propose d'appeler les « Cauaneens de l'Est». Mais 
il n'est nullement exclu que les fondateurs de la premiere dyuastie soient venus du pays 
d'Ainurrn. Par Amurru, les gens de Sumer et d'Accad designaient toute la r6gion situee 
a l'Ouest delem-pays: Taclmor 1 aussi bien queTeima 3 6taient en Amurru. Quant a l'exis- 
' tence d'un pays d' Amurru a TEst du Tigre, elle parait bien problematique. Cette hypothese 
n'a pas d'autro base que Fequivalence supposee des titres de Kudnr-Mabuk : ad-da kur Mar-tu 
et ad-da E-mu-ut-ba-Ia. N'esf-ce pas une base fragile? P. T.-D. 

Cuneiform Texts from Cappadocian Tablets in the British Museum, part III, by 
.Sidney Smith, 1925. 

Ce volume, le troisieme consacre aux testes de la meme serie, contient le fac-simile 
de soixante-quatorze lettres. Biles appartiennent exactement a la meme collection que celles 
qui ont et6 publiees; on y trouve les monies noms propres; les uns, les plus nombreux, 
sont semitiques; parmi eux se trouvent des noms th6ophores, composes avec l'element Asur; 
les autres sont asianiques; ces tablettes sont de la meme epoque assez limitee qui parait 
r6pondre aux derniers si&cles du troisieme millenaire. 

M. Hall, qui preface le volume, mentionne le nom, dans ces lettres, d'un certain 
Uzbia, certainement le meme que le nom Uspia on Auspia qui fut porte par un des 
premiers souverains d'Assyrie. Deja, dans le premiur volume, se trouvait le nom de Kikia 
qui lui aussi est celui d'un des premiers princes d'Ass'ur. Ce ne seraient pas, dit M.Hall, 
des noms subar6ens. Cependant Taliqvist (A. P. N., p. 245 et p. Ill) releve U-zi-ib-si-pak, 
U-zu-ub-si-pak et Ki-ik-ki-a-en-ni qui plaideut pour l'hypothese contraire. G. C. 

i Cf. KAH U,n« 7), 1. 20 et Dhorme, Revue Biblique, 1924, p. 107. 
» Cf. Sidney Smith, Bahjl. Hist. Texts, pi. VII, 23.